Masques de protection respiratoire et risques biologiques

Un masque chirurgical est un dispositif médical (norme EN 14683). Il est destiné à éviter la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui le porte.

Il protège également celui qui le porte contre les projections de gouttelettes émises par une personne en vis-à-vis. En revanche, il ne protège pas contre l’inhalation de très petites particules en suspension dans l’air.

On distingue trois types de masques :

Type IType IIType IIR
Efficacité de filtrage Bactérienne (EFB) en %≥ 95≥98≥98
Pression différentielle (Pa/cm²)<29,4<29,9<49
Pression de la résistance aux projectionsNon éxigéNon éxigé≥16,0
Propreté Microbienne (ufc/g)≤30≤30≤30

Un masque FFP est un appareil de protection respiratoire (norme NF EN 149). Il est destiné à protéger celui qui le porte contre l’inhalation à la fois de gouttelettes et de particules en suspension dans l’air.

En revanche, le port de ce type de masque est plus contraignant (inconfort thermique, résistance respiratoire) qu’un chirurgical.

De plus, il existe trois catégories de masques FFP, selon leur efficacité (estimée en fonction de l’efficacité du filtre et de la fuite au visage).

Sa durée de protection 3 à 8 heures. Lorsque vous portez celui ci en permanence alors il est généralement conseillée de le changer au bout de 4 heures. Également, lorsqu’il est humide, il gêne la respiration ainsi il doit être changé.

Remarques

Il existe plusieurs formes de masques de protection respiratoire : « coquille dure », « bec de canard » et « à plis ».

Pour qu’un masque de protection respiratoire soit étanche il faut qu’il soit :

  • adapté à la morphologie de celui qui le porte
  • correctement ajusté au visage
  • Pour vérifier l’ajustement d’un masque de protection respiratoire, il existe un test appelé Fit-Check : en l’absence de fuite, à l’inspiration forcée, avec une feuille plastique ou les mains en coquille sur le masque, il se plaque légèrement sur le visage.

Laisser un commentaire